larve blanche compost

Vers blancs dans mon compost : que faire ?

Ces derniers temps, en allant comme chaque jour jeter mes déchets de cuisine dans mon lombricomposteur, j’ai constaté l’arrivée de nouveaux habitants bien dodus au milieu de mes vers de compost : des gros vers blancs. En fait, ce ne sont pas des vers, mais bien des larves. Qui sont ces larves, d’où viennent-elles, et quelles conséquences ont-elles sur mon compost ?

Qui sont ces gros vers blancs dans mon compost ?

 

Il est normal d’avoir un écosystème varié dans un composteur de jardin en contact direct avec le sol. C’est grâce au micro et macro organismes que vos déchets de cuisine ou de jardin seront décomposés, ingérés puis transformés en un compost 100% naturel et très riche en nutriments. Parmi les macro organismes que vous retrouverez naturellement dans votre compost, il y a les vers de jardins, les fourmis, les cloportes, les milles-pâtes et les coléoptères. En revanche, certaines espèces ne sont pas de bon augure pour votre compost, car un petit peu trop voraces.  

Il arrive que l’on trouve des grosses larves blanches dans son compost, que l’on soit en compostage extérieur ou même en lombricomposteur (même si c’est plus rare). Est-ce que ces larves sont l’ami ou l’ennemi de mon compost ? Et bien… ça dépend ! Les larves blanches proviennent majoritairement de deux espèces, qui sont souvent confondues : la larve de hanneton et la cétoine dorée. Or, avoir des larves de hanneton ou des cétoines dorées dans votre compost n’amène pas du tout les mêmes conséquences sur votre jardin.

Commençons par les larves de hanneton (communément appelés “vers blancs”). Le hanneton est un coléoptère appartenant à la famille des Scarabaeidae. La larve de hanneton vit dans les profondeurs de votre jardin et s’attaque aux racines de vos plantes. En effet, la larve de hanneton est très vorace et particulièrement connue pour faire de gros dégâts dans un potager. Comme la larve de hanneton se nourrit de matière végétale fraîche, elle ne se plaira pas beaucoup dans votre composteur et il est enfaite très rare de trouver des larves de hanneton dans un composteur. 

La cétoine dorée est également un coléoptère appartenant à la famille des Scarabeidae. Adulte, elle possède une jolie couleur métallique. À l’inverse de son cousin le hanneton, la cétoine est particulièrement utile à votre jardin : déjà, elle se nourrit uniquement de végétaux morts (donc aucun risque pour votre potager), et c’est un insecte pollinisateur. Comme la cétoine aime particulièrement les matières mortes, il est assez fréquent de retrouver des larves de cétoines dans un composteur, et ce n’est pas du tout un problème puisque leurs déjections améliorent la qualité de votre compost. 

Comment différencier larve de cétoine et larve de hanneton ?

Rien ne ressemble plus à une grosse larve blanche qu’une autre grosse larve blanche. Pourtant, il y a quelques astuces pour différencier la larve de hanneton de la larve de cétoine. En premier lieu, il faut regarder la taille de la tête et de la partie postérieure. Un dicton tout en finesse dit “cétoine : petite tête, gros cul” et “hanneton : grosse tête, petit cul”. Un autre indice se trouve dans la couleur : la cétoine est légèrement grisâtre, alors que la larve de hanneton est plutôt jaunâtre. Enfin, si vous êtes vraiment un fin observateur, vous pouvez vous fier à la taille des pattes : la cétoine à de toutes petites pattes alors que la larve de hanneton à des pattes plus longues.

Sur les photos ci-dessous : (1) Cétoine dorée, (2) Hanneton, (3) larves de hanneton (en haut) et larves de cétoines (en bas).

cétoine dorée
hanneton
larves de cétoine et de hanneton

D’où viennent les larves blanches qui se trouvent dans mon compost ?


Les cétoines femelles pondent leurs œufs dans les matières en décomposition (bois pourris, tas de compost) ainsi que dans les tas de feuilles mortes, ou même dans le terreau des jardinières. Ce n’est donc pas étonnant d’en retrouver dans son compost.

Les hannetons femelles pondent leurs œufs à quelques centimètres du sol. Au bout de 4 à 5 semaines seulement, les larves commencent à se nourrir des racines. Ces insectes ont besoin de matière végétale vivante : si elles se retrouvent dans votre compost, c’est donc qu’elles se sont perdues ! Peut-être en avez vous ajouté sans le savoir en introduisant vos résidus de jardins dans votre compost. Quoi qu’il en soit, si vous en trouvez, c’est certainement qu’il y en a d’autres dans votre jardin et ce n’est pas bon signe.

Que faire si je trouve des larves blanches dans mon compost ?


Les larves de cétoines restent environ un an sous cette forme de larve, temps pendant lequel elles se nourrissent de matière organique morte en décomposition. Leurs déjections sont particulièrement bonnes pour affiner le compost. Par conséquent, si vous identifiez des larves de cétoine dans votre composteur, et bien vous pouvez les laisser tranquillement vivre leur vie. Vous pouvez évidemment utiliser votre compost de la même manière que d’habitude, sans restriction. Attention cependant si votre composteur commence à sentir mauvais : il est certainement trop humide ou mal aéré (voir notre article sur les problèmes fréquents du compost et nos solutions).

Les larves de hanneton n’apportent strictement aucun bénéfice à votre compost, puisque ces insectes ne se nourrissent que de matières fraîches et non pas de matières en décomposition. Ce n’est pas dans votre compost qu’elles feront le plus de ravages, mais attention à vos plantes autour… Si vous avez une prolifération de larves de hanneton et que vous souhaitez vous en débarrasser, la meilleure solution reste de mettre les larves à l’air libre dans votre jardin : elles feront un délicieux repas pour certains oiseaux et pour les hérissons qui en raffolent. Les taupes, si vous en avez dans votre jardin, seront également ravies de venir vous en débarrasser.

Et du coup, qu’avais-je dans mon composteur ?


Si vous avez lu cet article, vous n’en serez pas surpris : c’était bel et bien des larves de cétoine. Ces larves vivent désormais leur vie dans mon compost entouré de leurs copains les vers de compost. Je surveille néanmoins régulièrement qu’il n’y ait pas une prolifération excessive. Happy end !

Pour partager cet article

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page